A propos de nous

Cueilleuse de Simples, recueilleuse de sagesses et acceuilleuse de poésie, je me passionne depuis toujours pour la Médecine des plantes, les contes traditionnels d'ici et d'ailleurs, les Chants sacrés et les sagesses ancestrales.

Formée par Myriam Reffay, éminente ethnobotaniste spécialiste des plantes et remèdes médiévaux, pendant près de quatre ans sur le Bassin d'Arcachon et au Reïki par Annie Piesset et Pierre Legros, initiée par une famille de "cueilleurs sensibles" à la sylvothérapie et à la gemmothérapie, en Pays Cathare et à la Tradition Celtique et la vibration des arbres, en terre d'Armorique, je réponds à un irrépressible Appel de la Forêt.

Désireuse de partager la Médecine de la parole qu'offrent les Cercles de femmes selon la tradition des "Tentes Rouges", dont j'ai longtemps fait l'expérience, j'ai reçu les enseignements de Camille Sfez, afin de devenir Gardienne de Cercles.   

Avide de rencontres -sylvestres et humaines- et conteuse dans l'âme, à bientôt 40 ans, je renoue avec mon arbre (généalogique) et ressens avec de plus en plus d'épaisseur le lien invisible qui me relie à mes ancêtres.

Je me remémore, non sans émotion, les innombrables balades dans les bois et à la Grosse Pierre (autel sacré druidique) aux confins du Perche, autrefois "Sylva Pertica" ou "Haute Forêt", sanctuaire des pérégrinations oniriques de mon grand-père qui possédait l'Art de guérir avec les mains.

Je garde précieusement en mémoire l'Art de tisser de ma grand-Mère maternelle, qui n'avait de cesse de broder le linge.

Je revois les objets rituels consacrés de ma grand-mère paternelle, qui d'aussi loin que je m'en souvienne, pratiquait les Arts divinatoires, auxquels l'avait initiée sa propre bisaïeul (mon arrière arrière grand-mère, la Minana, qui a passé toute sa vie dans le petit village de Bastia, ville de la lumière et du vent) et me remémore ces temps ou mon arrière grand-mère maternelle cueillait du cresson des fontaines, les pieds dans la rivière pour s'offrir des bas et aller au bal...

Je conserve également comme un héritage précieux de mes parents : le profond respect de la nature, la créativité libératrice et la sagesse de la parole juste. 

Conjointement, Olivier, mon cher et tendre directeur artistique de métier, se rappelle son attirance pour les matériaux bruts, glanés sur les chemins de son Pays Basque natal. Un de ses premiers souvenirs d'enfant étant d'avoir transformé une branche morte, en objet utile, par le simple fait de l'inciser et de le travailler amoureusement avec son Opinel.

Toute sa vie, Olivier a été un "faiseur". C'est ce potentiel infini, qui, aujourd'hui comme autrefois, après ce premier coup de couteau, étonne et émerveille le graphiste ascendant photographe, qui s'adonne encore, de temps à autre, à cette tradition ancestrale et qui aime tant partager sa vision de l'acte créateur renouant avec le respect de la nature, la simplicité et une certaine quête d'essentiel.  

Olivier COCHARD / http://oliviercochard.fr

Le vent semble désormais nous guider vers ceux qui gardent la Mémoire et nous souffler à l'oreille les secrets à transmettre à notre descendance : Merlin et Myrtille.

De cette alchimie, est né Druidéesse…